Les dispositifs ODO et RESPIRALYON

 

Développé par le SPIRAL au début des années 2000, le dispositif RESPIRALYON comprenait notamment plate-forme permettant au grand public de signaler à tout moment les nuisances olfactives ressenties sur le territoire.
Actif de 2004 à 2018, RESPIRALYON a été remplacé début 2019 par la plateforme ODO, développée par l’ATMO Auvergne-Rhône-Alpes, qui en a repris les fonctionnalités et couvre l’ensemble du territoire régional.

Le dispositif RESPIRALYON est né en 2003 d’une volonté commune des acteurs locaux de lutter contre les nuisances olfactives qui affectent périodiquement l’agglomération lyonnaise. Il s’appuie d’une part, sur la participation active de citoyens volontaires, et d’autre part, sur le partenariat entre la préfecture et les services de l’Etat, le Grand Lyon, les communes, les associations, les personnalités qualifiées et les industriels au sein de la commission thématique AIR du SPIRAL.

Les premiers objectifs du dispositif RESPIRALYON étaient :
• d’alimenter la réalisation d’un état des lieux de la gêne olfactive dans l’agglomération de Lyon
• d’impliquer la population dans une démarche participative d’intérêt général
• d’informer l’opinion publique sur les actions engagées concernant la
problématique des odeurs

Jusqu’en 2008, le dispositif s’est avant tout appuyé sur un réseau de citoyens volontaires "les Nez" chargés d’humer régulièrement l’air extérieur et de rendre compte de leurs constatations. Pour plus de détails, cf. article dédié en archives. Ce travail a permis de constituer une véritable cartographie du fond olfactif de l’agglomération, d’identifier les secteurs sensibles et les principales sources d’odeurs caractéristiques. (lien vers le rapport ?)

Compte tenu de la difficulté à pérenniser la mobilisation du réseau de Nez, il a été choisi, à partir de fin 2008, de susciter davantage de signalements par le grand public en faisant connaître le site internet (www.respiralyon.org). Une plateforme téléphonique de recueil des signalements a également été expérimentée.
Parallèlement des moyens ont été mobilisés pour réaliser rapidement des relevés sur site quand des nuisances notables étaient signalées, et identifier si possible les émetteurs.
Un dialogue accru entre les acteurs a été recherché pour mener des actions de prévention auprès des industriels, communiquer en cas d’épisode notable. Des bilans annuels ont été publiés afin de permettre un retour d’informations aux acteurs impliqués.

De Respiralyon à ODO

A partir de 2012 l’activité de la commission thématique Air du SPIRAL s’est réduite et avec elle l’animation de la démarche RESPIRALYON. La plate-forme de signalement en ligne entretenue par l’association agrée pour la surveillance de la qualité de l’Air (Air Rhône-Alpes, devenue plus tard Atmo Auvergne-Rhône-Alpes) a cependant continué à fonctionner. Les nombreux signalements recueillis étant régulièrement traités par le secrétariat technique du SPIRAL à la DREAL.
Ponctuellement, ces signalements ont pu donné lieu à des inspections d’installations débouchant sur la prescription de mesures spécifiques qui ont permis de réduire l’ampleur des nuisances olfactives.

Parallèlement, le réseau national des AASQA a développé un autre outil : l’application ODO. Initialement développée par l’AASQA de Picardie, cette plateforme permet des signalements sur un smartphone, ainsi que leur géolocalisation.
Dans le cadre de leur réseau national, toutes les AASQA ont jugé pertinent de déployer cet outil sur leur région d’intervention. Expérimenté à partir du printemps 2018, l’outil ODO est complètement opérationnel en Auvergne-Rhône-Alpes depuis janvier 2019 et remplace le site internet Respiralyon qui a été désactivé.

Désormais, un des enjeux identifiés dans le cadre du SPIRAL consiste à définir les procédures à mettre en place entre les différentes parties prenantes concernées pour traiter et éventuellement donner suite aux signalements recueillis dans ODO concernant l’agglomération lyonnaise. Cf. sous-rubrique consacrée au groupe de travail ad hoc.

Pour en savoir plus sur ODO : rendez-vous sur le site d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes